Afrique

...instruments de la miséricorde dans la main de Dieu...

africa_ed_french

Les Filles de Marie et Joseph œuvrent actuellement au Burundi, au Cameroun, au Ghana et au Ouganda. Nos sœurs sont venues d’abord su Burundi, au Belgique, pour la première fois en 1930. Là elles travaillèrent surtout dans l’éducation et les services sanitaires. Aujourd’hui nous sommes toujours à l’œuvre à Ngozi et à Bujumbura.

En 1959, des sœurs d’Angleterre et d’Irlande vinrent travailler en Ouganda. Comme leur mission principale était d’éduquer et de soigner les gens, elles collaborèrent à la fondation de plusieurs écoles et hôpitaux. De nombreuses autres sœurs furent envoyées afin de poursuivre cette mission, si bien que nous sommes à présent réparties dans 7 maisons différentes en Ouganda. Notre mission au Ghana démarra en 1973 quand une délégation des FMJ d’Angleterre et d’Irlande arriva pour aider à la fondation d’une Congrégation locale et enseigner dans le petit séminaire de l’Archidiocèse de Cape Coast. Dans les années qui suivirent, en 1977, 1978 et 1983, d’autres sœurs d’Irlande, d’Angleterre et de Californie, furent envoyées vers différentes régions du Ghana pour travailler comme éducatrices dans le secondaire, comme travailleuses sociales ou encore comme aides-soignantes dans les cliniques locales.

Africa_mapPlus récemment, des sœurs de Californie et de Belgique ont commencé une communauté au nord du Cameroun, travaillant dans le cadre de la paroisse ou dans le domaine social, venant en aide aux populations locales en matière d’éducation et de soins.  En 2011 le noviciate a eté etabli a Kenya.

Aujourd’hui, l’Afrique constitue une province unique et la plupart des sœurs sont d’origine africaine. La maison provinciale, est à Mbarara  en Uganda.

Tout en poursuivant le travail éducatif dans le sens classique du terme, nous avons également une grande variété de ministères, parmi lesquels le travail auprès de ceux qui souffrent du sida et de la maladie de Hansen (lèpre), le travail d’infirmière, le travail social ou pastoral.

« …Nous sommes sensibles aux besoins de notre temps, toujours prêtes à abandonner la sécurité des choses établies et à risquer de nouvelles initiatives en réponse aux besoins de l’Eglise et du monde. » (Constitutions, 50)